Diabète

diabetes Mellitus

Le diabète fait partie du groupe des maladies métaboliques. Il est caractérisé par une hyperglycémie chronique, par un déficit total ou relatif de la sécrétion de l’insuline, une résistance à l’insuline ou une combinaison de ces deux troubles. L’hyperglycémie chronique est associée à des lésions à long terme, causes de dysfonctionnements de nombreux organes, qui peuvent être particulièrement grave au niveau de la rétine, des reins, des nerfs, du cœur et des vaisseaux sanguins.

Défis

  • Environ 175 millions de personnes souffrent de diabète dans le monde (1, 2). En l’an 2000, l'International Diabetes Federation (IDF) a estimé le nombre de personnes atteintes de diabète à 4,11 % des personnes âgées de 20 à 79 ans, la prévalence étant plus élevée dans les pays développés que dans les pays en développement (7,8 - 0,4 %).
  • Le diabète de type 2 représente, avec 85 à 95 % des cas et une incidence de 200 à 300 personnes pour 100 000, la forme principale de diabète dans les pays développés.
  • Diabète de type 1 : environ 4,9 millions de personnes souffrent de diabète de type 1 dans le monde (0,09 %). La prévalence évaluée du diabète de type 1 est la plus élevée en Amérique du Nord (0,25 %), suivie de l’Europe (0,19 %). L’incidence chez les enfants âgés de moins de 14 ans va de 0,1 pour 100 000 enfants (Chine, Venezuela) à 35 pour 100 000 (Sardaigne, Finlande) (1).
  • Le diabète représente 18 % des coûts de santé globaux en Europe (3).
  • Tandis que le diabète est plus fréquent chez les personnes âgées, on observe dans la littérature une augmentation du nombre d'enfants souffrant de diabète de type 2.

Les experts s’attendent, à l’échelle mondiale, à ce que la prévalence du diabète de type 2 ne cesse de croître. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et la International Diabetes Federation (IDF) prévoient un doublement de la prévalence d’ici 2030 (1). En outre, les coûts de traitement vont augmenter, en particulier à cause des comorbidités du diabète (4, 5).

Les produits cobas® Point of Care sont particulièrement adaptés au dépistage et au suivi des taux de glucose sanguin et urinaire, des lipides et de l’albumine urinaire pour les patients chez lesquels on suspecte un diabète ou chez lesquels le diagnostic a déjà été posé.

 Diabetes Mellitus

Il existe fondamentalement 2 processus pathogéniques sous-jacents au développement du diabète :

  • diabète de type 1 : destruction des cellules β du pancréas par des processus auto-immuns ayant pour conséquence une carence en insuline
  • diabète de type 2 : modifications pathologiques allant de pair avec une résistance à l’insuline

Les autres causes comprennent des anomalies génétiques du fonctionnement des cellules β ou de l’effet de l’insuline, ainsi que des maladies du pancréas exocrine, des endocrinopathies et un diabète induit par les médicaments ou d'origine iatrogène.

Facteurs de risque du diabète de type 2 (3)


  • Âge 
  • Antécédents familiaux ou génétiques positifs
  • Prédisposition individuelle
  • Groupe ethnique
  • Diabète gestationnel
  • Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
  • Surpoids 
  • Sédentarité
  • Retard de croissance intra-utérin
  • Glycémie à jeun anormale (1,10 - 1,25 g/l)
  • Trouble de la tolérance du glucose
  • Syndrome métabolique
  • Facteurs diététiques
  • Médicaments diabétogènes
  • Statut socio-économique défavorisé

Complications du diabète

  • La néphropathie diabétique survient chez 20 à 40 % des patients diabétiques et représente la cause principale de l’insuffisance rénale terminale
  • La rétinopathie diabétique est la cause la plus fréquente de cécité chez les adultes âgés de 20 à 74 ans
  • Les ulcères et les amputations des membres inférieurs sont les complications les plus fréquentes de la neuropathie diabétique. Il s’agit de la cause principale de morbidité et de limitation de la mobilité chez les patients diabétiques
  • Pathologies macrovasculaires : l’athérosclérose des artères coronaires et des artères périphériques est trois fois plus fréquente chez les diabétiques et augmente avec la durée de la maladie. Les maladies cardiovasculaires sont la cause principale de mortalité chez les patients souffrant de diabète.

De plus en plus de preuves indiquent que non seulement les diabétiques anciens, mais aussi récemment diagnostiqués, les patients qui présentent un syndrome métabolique, particulièrement ceux ayant une glycémie à jeun comprise entre 110 (11,1 mmol/l) et 125 mg/l (11,9 mmol/l), présentent un risque significativement accru de maladies cardiovasculaires et un risque augmenté de mortalité prématurée.

Le diabète de type 2 est souvent associé à une dyslipidémie.

 

Le dépistage du diabète de type 2 est redommandé chez les adultes à partir de 45 ans, en particulier chez ceux ayant un IMC ≥ 25 kg/m², en cas d'antécédent de diabète chez des apparentés du premier degré, d'appartenance à une ethnie à haut risque de diabète, ou d'antécédent de glycémie à jeun anormale, comme chez les femme en cas d'antériorité de diabète gestationnel ou d'enfant de poids élevé à la naissance (macrosome). En cas de résultat normal, le dépistage doit être renouvelé tous les 3 ans. S’il existe plusieurs facteurs de risque, le dépistage doit avoir lieu plus tôt ou à des intervalles plus courts (6, 7).

Le diagnostic du diabète repose sur l’anamnèse, sur l’examen médical et sur les résultats de l'analyse sanguine (7, 8).

Le diabète : diagnostic (6, 9)   

Critères

Matériel d'analyse
Unités de mesure mg/dl Unités SI mmol/l
a. Glycémie (dosage à n'importe quel moment de la journée) OU Sang veineux ou sang capillaire ≥200 ≥11.1
b. Glycémie à jeun OU Sang veineux ≥126 ≥7.0
Sang capillaire ≥110 ≥6.1
c. Glycémie 2 heures après l'administration de 75 g de glucose au cours d'un test oral de tolérance au glucose (HGPO) Sang veineux ou sang capillaire ≥200 ≥11.1

Devant des signes évocateurs de diabète de type 1 (polyuropolydyspsie), la glycémie doit être dosée dans les plus brefs délais, sans nécessiter un patient à jeun.

Le dosage de la glycémie à plusieurs moments de la journée, comportant notamment un dosage deux heures après le repas, est nécessaire pour évaluer l'hyperglycémie et pour juger l'effet du traitement antidiabétique prescrit par le médecin.

L'HGPO 75 g est difficilement reproductible et est rarement utilisé dans la pratique en dehors du dépistage du diabète gestationnel pour lequel les glycémies sont mesurées à jeun et une heure et deux heures après une prise de 75 g de glucose.

Le dosage du taux de glucose urinaire (les produits Combur Test® et Combur 5 Test® HC) est un test de dépistage usuel en cas de suspicion de diabète. Un résultat positif suggère fortement un diabète et doit donner lieu à d’autres examens médicaux.  

Autres diagnostics de laboratoire (10)

  • HbA1C pour évaluation globale de l'équilibre glycémique tous les 3 mois
  • Profil lipidique à jeun : cholestérol global, cholestérol HDL, cholestérol LDL, triglycérides
  • Recherche d’une microalbuminurie et rapport microalbumine/créatinine urinaire
  • Créatinine sérique
  • TSH chez les diabétiques de type 1 ; chez les diabétiques de type 2, uniquement en cas d’indication clinique 
  • Bactériologie urinaire et si nécessaire antibiogramme
  • Analyse urinaire pour rechercher la présence de corps cétoniques, de protéines et de sédiments urinaires

Tests Point of Care et autosurveillance glycémique

Les produits cobas® Point of Care sont particulièrement adaptés au dépistage et au suivi des taux de glucose sanguin et urinaire, des lipides et de la microalbuminurie chez les patients chez lesquels on suspecte un diabète ou chez lesquels le diagnostic a déjà été posé. Les appareils Accu Chek® conviennent particulièrement à l’autosurveillance de la glycémie.

Le système Reflotron® permet de mesurer les paramètres de chimie clinique pertinents.

Diabète de type 2 (11)

On a mis en évidence, dans une étude interventionnelle de grande ampleur, qu'il était possible de dépister les patients présentant un risque élevé de diabète de type 2 et de différer l'apparition de la pathologie, voire de l'éviter complètement (12).

Style de vie ou metformine par rapport au placebo : une étude clinique randomisée de grande ampleur, menée par le groupe de recherche du Diabetes Prevention Program (DPP), a pu montrer qu'une modification du style de vie et un traitement adéquat pouvaient empêcher ou différer l'apparition d'un diabète de type 2. Dans le cadre d'une analyse combinée incluant une phase de suivi de 2,8 ans (1,8 à 4,6 ans), la cohorte ayant procédé à une modification de son style de vie témoignait d'une diminution du taux de diabète de 58 % par rapport au groupe placebo, et la cohorte sous metformine, une diminution de 31 % (13, 14). 

Acarbose : l'administration de cet inhibiteur de l'α-glucosidase s'est traduite par une réduction de 25 % du risque relatif d'évolution de la maladie après une période de suivi moyenne de 3,3 ans (étude STOP-NIDDM) (15)

Recommandations (11, 16)

  • Les patients présentant un risque élevé de développer un diabète doivent dans une certaine mesure perdre du poids et exercer une activité sportive régulière. 
  • Dépistage précoce du diabète (en cas de trouble de la glycémie à jeun ou de la tolérance au glucose) : chez tous les adultes ≥ 45 ans, en particulier chez ceux ayant un Indice de Masse Corporelle ≥ 25 kg/m2 ; chez les personnes plus jeunes, en présence de facteurs de risque additionnels
  • Méthodes de dépistage : dosage de la glycémie à jeun
  • Intervention thérapeutique : conseiller aux patients présentant un diabète précoce de perdre du poids et de pratiquer un sport d'endurance
  • Des entretiens réguliers de suivi ont un effet positif sur le traitement
  • Il convient de prêter une attention particulière à la présence d'autres facteurs de risque (par ex. tabagisme, hypertension, dyslipidémie), et de mettre en place un traitement, le cas échéant
  • Aucun traitement médicamenteux ne dispose d'autorisation de mise sur le marché pour la prévention du diabète.

Diabète de type 1

Même si le mécanisme exact de destruction des cellules β n'est à ce jour pas bien compris, on connaît certains facteurs de risque et marqueurs auto-immuns qui permettent d'identifier les personnes / enfants de la fratrie encourant un risque élevé de développer un diabète de type 1. (17)

Aucune stratégie visant à empêcher la progression du diabète de type 1 ou à la contrôler n'est applicable en pratique clinique.

L'éducation et le suivi des patients sont indispensables à la prévention et au traitement, ainsi qu'à la prise en charge des complications du diabète (8).

Contrôle glycémique

L'autosurveillance de la glycémie par le patient est une composante importante de la réussite du traitement du diabète. Le résultat du dosage de la glycémie confirme au patient la bonne réponse au traitement ainsi que la réalisation de l'objectif thérapeutique. La glycémie peut être dosée de manière simple et fiable à l'aide des systèmes Roche de la gamme Accu Check®.

Le dosage de l'HbA1c doit être effectué environ tous les 3 mois afin de déterminer si l'objectif thérapeutique du patient est bien atteint. Il doit aussi être réalisé après chaque adaptation du traitement.  

Le métabolisme des lipides et le risque cardiovasculaire

Les diabétiques encourent un risque accru de maladies cardiovasculaires. Lors de la classification du risque cardiovasculaire, la présence d'un diabète est considérée comme un risque cardiovasculaire équivalent à celui d'une antécédent de cardiopathie coronarienne, autrement dit comme un des facteurs de risque les plus importants (19).

C'est la raison pour laquelle le dépistage, le suivi et le traitement des maladies cardiovasculaires sont absolument indispensables chez les diabétiques (8). Ces mesures comprennent :

  • le suivi, le contrôle et le traitement des troubles lipidiques ;
  • le contrôle de la pression artérielle ;
  • l'arrêt du tabagisme, y compris du tabagisme passif.
  Objectifs
  Unité
Europe (21) États-Unis (19)
HbA1c % Cas général≤7 <7.0
Glycémie à jeun mg/dL (mmol/L) Idéalement<110 (6.1) capillaire: 90-130 (5.0-7.2)
Glycémie postprandiale
mg/dL (mmol/L) Idéalement<135 (7.5) capillaire: <180 (10.0)
Pression artérielle
mmHg ≤130/80 <130/80
Cholestérol total
mg/dL (mmol/L)
mg/dL (mmol/L)

<175 (4.5)

Idéalement <155 (4.0)

--
Cholestérol LDL
mg/dL (mmol/L)
mg/dL (mmol/L)

<100 (2.5)

Idéalement<80 (2.0)

<100 (1.7)
Triglycérides
mg/dL (mmol/L) --

<150 (1.7)

 

Cholestérol HDL mg/dL
(mmol/L)
-- >40 (1.1)

Principes thérapeutiques chez les diabétiques de type 2

La glycémie postprandiale doit être mesurée régulièrement, puisque l'on sait maintenant que sa stabilisation joue un rôle significatif dans le contrôle de la glycémie. 

Complications liées au diabète

Elles font la gravité de la maladie :

Néphropathie : doser l'albumine urinaire

Rétinopathie : référer à un ophtalmologue

Procéder à un examen rigoureux des pieds et consulter un podologue en raison du risque de syndrome du pied diabétique ; référer les patients à haut risque à un dermatologue

Pour de plus amples informations, nous vous invitons à visiter le site http://www.accuchek.fr.

  1. Wild S, Roglic G, Green A, Sicree R, King H. Global prevalence of diabetes: estimates for the year 2000 and
    projections for 2030. Diabetes Care 2004; 27:1047-1053.
  2. Shepherd J, Cobbe SM, Ford I, et al. Prevention of coronary heart disease with pravastatin in men with hypercholesterolemia. West of Scotland Coronary Prevention Study Group. N Engl J Med 1995; 333:1301-1307.
  3. Lindstrom J, Neumann A, Sheppard KE, et al. Take action to prevent diabetes--the IMAGE toolkit for the prevention
    of type 2 diabetes in Europe. Horm Metab Res 2010; 42 Suppl 1:S37-55.
  4. Koster I, von Ferber L, Ihle P, Schubert I, Hauner H. The cost burden of diabetes mellitus: the evidence from
    Germany--the CoDiM study. Diabetologia 2006; 49:1498-1504.
  5. von Ferber L, Koster I, Hauner H. Medical costs of diabetic complications total costs and excess costs by age and type of treatment results of the German CoDiM Study. Exp Clin Endocrinol Diabetes 2007; 115:97-104.
  6. American Diabetes Association. Diagnosis and classification of diabetes mellitus.
    Diabetes Care 2007; 30 (Suppl 1):S42-S47.
  7. Kellerer M, Danne T. Definition, Klassifikation und Diagnostik des Diabetes mellitus.
    Diabetologie 2009; 4 (Suppl 2):S115-S117.
  8. International Diabetes Federation. Global guideline for type 2 diabetes. 2005.
  9. Kerner W, Brückel J. Definition, Klassifikation und Diagnostik des Diabetes mellitus. DDG-Praxisleitlinie.
    Diabetologie 2008; 3 (Suppl 2):131-133.
  10. American Diabetes Association. Standards of medical care in diabetes--2010.
    Diabetes Care 2010; 33 Suppl 1:S11-61.
  11. Sherwin RS, Anderson RM, Buse JB, et al. Prevention or delay of type 2 diabetes.
    Diabetes Care 2004; 27 Suppl 1:S47-54.
  12. Lindstrom J, Ilanne-Parikka P, Peltonen M, et al. Sustained reduction in the incidence of type 2 diabetes by lifestyle intervention: follow-up of the Finnish Diabetes Prevention Study. Lancet 2006; 368:1673-1679.
  13. Knowler WC, Barrett-Connor E, Fowler SE, et al. Reduction in the incidence of type 2 diabetes with lifestyle intervention or metformin. N Engl J Med 2002; 346:393-403.
  14. Knowler WC, Fowler SE, Hamman RF, et al. 10-year follow-up of diabetes incidence and weight loss in the Diabetes Prevention Program Outcomes Study. Lancet 2009; 374:1677-1686.
  15. Chiasson JL, Josse RG, Gomis R, Hanefeld M, Karasik A, Laakso M. Acarbose for prevention of type 2 diabetes mellitus:
    the STOP-NIDDM randomised trial. Lancet 2002; 359:2072-2077.
  16. Paulweber B, Valensi P, Lindstrom J, et al. A European evidence-based guideline for the prevention of type 2 diabetes. Horm Metab Res 2010; 42 Suppl 1:S3-36.
  17. American Diabetes Association. Prevention of type 1 diabetes.
    Diabetes Care 2004; 27 Suppl 1:S133.
  18. American Diabetes Association. Standards of medical care in diabetes--2009.
    Diabetes Care 2009; 32 Suppl 1:S13-61.
  19. Pearson TA, Blair SN, Daniels SR, et al. AHA Guidelines for Primary Prevention of Cardiovascular Disease and Stroke:
    2002 Update: Consensus Panel Guide to Comprehensive Risk Reduction for Adult Patients Without Coronary
    or Other Atherosclerotic Vascular Diseases. American Heart Association Science Advisory and Coordinating Committee. Circulation 2002; 106:388-391.
  20. Graham I, Atar D, Borch-Johnsen K, et al. European guidelines on cardiovascular disease prevention in clinical practice: executive summary. Fourth Joint Task Force of the European Society of Cardiology and other societies
    on cardiovascular disease prevention in clinical practice
    (constituted by representatives of nine societies and by invited experts).
    Eur J Cardiovasc Prev Rehabil 2007; 14 Suppl 2:E1-40.

Le système Accu-Chek Inform II est conçu pour être utilisé à des fins diagnostiques in vitro pour la détermination quantitative des taux de glucose sanguin dans des échantillons de sang total veineux, capillaire, artériel et néonatal pour une surveillance des taux de glucose sanguin.Ce système est conçu pour être utilisé par des professionnels de la santé.
Dispositif médical de diagnostic in vitro.
Fabricant : Roche Diagnostics GmbH (Allemagne)
Distributeur : Roche Diagnostics France
Lire attentivement les instructions figurant dans le manuel d’utilisation.